samedi 3 avril 2021

Décès du commissaire général Pierre Andrieux

Nous apprenons le décès du commissaire général de division aérienne Pierre Andrieux (ECA 58) le 17 mars 2021 à St Cloud (92) à l’âge de 85 ans. 

Ses obsèques ont eu lieu dans l'intimité familiale le 24 mars à Louvencourt (80).

La présidente de l’amicale et les membres du bureau présentent à sa famille et à ses proches leurs plus sincères condoléances. 

Né le 10 décembre 1935. Entré major à l'école du commissariat de l'air en septembre 1958, il en est également sorti major en 1960. Affecté alors comme officier trésorier à la 64ème Escadre de transport au Bourget, il devient en septembre 1961 chef des moyens administratifs de cette unité. De septembre 1962 à novembre 1964, affecté au Commissariat des bases de Creil, il tient le poste d'adjoint au chef de service, puis celui de chef des bureaux.

Son intérêt pour les techniques modernes lui vaut ensuite une affectation au Groupe de traitement automatisation (GTA) en tant qu'analyste programmeur, puis, en 1967, comme chef de projet et enfin en 1970 comme chef du bureau automatisation. Il suit les cours de l'Institut d'études supérieures des techniques et organisation (IESTO) ainsi que des stages de programmation et de télétraitement chez IBM. 

En 1971, il devient adjoint au chef de ce qui est devenu le Groupe de travail informatisé (GTI}), puis prend en charge la 3ème Division organisation et administration générale de la 2ème région aérienne en août 1972, et, en juillet 1973, la 1ère Division finances, toujours à Villacoublay. 

A l'été 1975, il est affecté à la D.C.C.A. comme adjoint à la 1ère sous-direction Finances, avant de suivre en 1976 les cours de l'Ecole supérieure de guerre aérienne en tant que stagiaire. A l’issue, après quelques mois passés au sein de la direction centrale du commissariat de l'air, à la 1ère sous-direction, il prend la tête du G.T.I. de 1978 à 1980. De 1980 à 1982, il est commissaire de la base aérienne d'Apt. 

Il rejoint le cabinet du chef d'Etat-major de l'Armée de l'air, de novembre 1982 à novembre 1985. Vient ensuite une nouvelle affectation en 4ème région aérienne, cette fois en tant que directeur régional du commissariat de l’air. 

Nommé au grade de général de division aérienne le 1er janvier 1989, il devient Inspecteur du commissariat et de l'administration de l'armée de l'air. 

Il quitte l’Armée de l’air le 1er janvier 1992.

GRADES SUCCESSIFS: 

- Commissaire sous-lieutenant : Octobre 1959

- Commissaire lieutenant : Octobre 1960

- Commissaire capitaine : Janvier 1964

- Commissaire commandant : Octobre 1967

- Commissaire lieutenant-colonel : Janvier 1974

- Commissaire colonel : Juillet 1979

- Commissaire général de brigade aérienne : Décembre 1985

- Commissaire général de division aérienne : Janvier 1989


DÉCORATIONS

- Chevalier de la Légion d'Honneur 

- Officier de l'Ordre National du Mérite 






Un petit mot sur le commissaire général Andrieux

N’ayant jamais servi sous ses ordres, j’ai surtout fait sa connaissance dans les années 2000 alors qu’il était en deuxième section, plus précisément à partir de 2008 quand je suis devenu le trésorier de l’association aéronautique presque centenaire « Le Tomato », succédant ainsi au commissaire général Jacques Guillerm. Pierre Andrieux était le contrôleur aux comptes depuis une dizaine d’années et l’est resté jusqu’à la fin de mon mandat en 2016. Chaque mois, dans le cadre de cette association de trois cents membres, nous déjeunions ensemble et avec quelques autres. C’est ainsi que j’ai eu l’occasion d’apprécier les qualités de grande convivialité de Pierre Andrieux pour lequel j’avais à la fois de l’estime, du respect et de l’amitié. 

Je voudrais aussi mentionner que le général Andrieux a fait partie, avec enthousiasme, des tout premiers adhérents de l’AMICAA. Il a été souvent présent aux assemblées générales.

Notre dernier échange téléphonique, en février 2021, fut pour lui dire que je venais de relire avec beaucoup d’intérêt son article intitulé « Les cocottes de Vuillemin » paru dans Le Piège de décembre 2009 et qui avait été initialement publié en 1999 dans les Carnets de la Sabretache, société d’études d’histoire militaire créée en 1893. Ce texte raconte le raid de la « Croisière noire » dans les pays africains sous souveraineté ou protectorat français dont le ministre de l’air, Pierre Cot, confia en juin 1933 l’organisation et la conduite au général Vuillemin. 

Les circonstances ne m’ont pas permis de lui donner ce numéro 199 du Piège qu’il n’avait pas conservé et qu’il attendait de relire avec impatience. Je le remettrai à son frère.

Mon général, je ne vous oublierai pas.
Commissaire général (2S)  Michel Barbaux